Les obligations de l’employeur en matière de secourisme au travailPour en savoir plus

Les obligations de l’employeur en matière de secourisme au travail

L’employeur est tenu d’organiser un dispositif permettant de prodiguer les soins d’urgence aux salariés accidentés ou malades. L’organisation du secourisme au travail passe par l’élaboration d’un dispositif d’alerte efficace et la mise en œuvre de moyens humains. 

La mise à disposition de matériel de premier secours 

L’employeur a l’obligation d’équiper l’entreprise en matériel de premiers secours. Ce kit de premier secours est adapté aux risques pouvant exister dans l’entreprise. Lave-œil par exemple en cas d’utilisation de produits chimiques, kit de récupération de membre sectionné en cas d’utilisation de machines à lames tranchantes… Un matériel qui doit être facilement accessible et indiqué par panneaux. 

A ce jour, il n’existe pas de liste qui précise la composition du nécessaire de secours ; c’est le médecin du travail qui conseille l’employeur dans le choix du matériel. Il convient également de veiller à mettre en place une procédure de contrôle afin de pouvoir remplacer es produits périmés. 

Le protocole en cas d’urgence

Le chef d’entreprise doit prendre les mesures nécessaires afin d’assurer les premiers secours aux accidentés et aux malades. 

Il appartient donc à l’employeur, après avis du médecin du travail de définir à l’avance l’organisation de secours internes et des moyens d’alerte, en cas d’accident ou d’urgence médicale. Là encore, les mesures doivent être adaptées aux risques propres à l’entreprise et tenir compte de la taille de l’établissement et de sa situation géographique. 

L’obligation de formation d’un membre du personnel dans certains cas. 

La réglementation impose à l’employeur de recruter des infirmiers dans les établissements industriel dont l’effectif dépasse 200 salariés et dans ceux dépassant 500 salariés pour les autres. En dehors de ce cadre, la formation d’un membre d’un personnel n’est pas toujours une obligation. Ainsi, toute entreprise qui ne réalise pas de travaux dangereux, quelle que soit sa taille, n’est pas tenue à l’obligation de formation d’un membre du personnel.

Inversement, certaines entreprises doivent disposer de sauveteur secouriste au travail (SST). C’est le cas pour : 

  • Les paliers où sont accomplis des travaux dangereux ; 
  • Chaque chantier employant 20 travailleurs au moins pendant plus de 15 jours où sont réalisés des travaux dangereux. 

Le rôle du SST est de prodiguer les premiers secours en cas d’urgence. Il doit aussi alerter les pompiers ou le SAMU, et leur dresser un premier bilan de la situation. Rappelons enfin qu’il est vivement recommandé dans le pratique de dépasser les obligations réglementaires afin de disposer dans chaque entreprise de personnels formés au SST, en nombre adapté et bien répartis, capables d’intervenir efficacement en cas d’accident.